Soirée rencontre avec Natali Fortier et Francesca Lattuada

Localisation : L'Atelier
Catégorie : Résidence Benoît Jacques
Adresse : 15 rue Royale, Fontainebleau
  • - Le 18/09/2021 à 19:00

 

Soirée rencontre avec Natali Fortier et Francesca Lattuada  

 

> Auteure, illustratrice, sculptrice franco-canadienne, Natali Fortier vit en France. Ses premiers dessins sont publiés dans le magazine Littéraire, Lire et Le monde. Son premier livre Lili Plume (Albin Michel) a été récompensé par le prix Octogone et le prix Goncourt Jeunesse. Créatrice plasticienne à l’imaginaire généreux, Natali Fortier aime explorer et expérimenter : livre de papier ou de terre, personnage en volume, mobilier, sculpture, jeux, masques, expositions… Ses réalisations disent la fragilité des êtres, la beauté de la petitesse et de la folie, la poésie du quotidien et du simple, la force poétique des objets et la nécessité des regards de coté, des décalage humbles et rieurs.

https://natalifortier.autoportrait.com

Dédicace organisée avec la librairie l’Empreinte, Bourron-Marlotte







> Chorégraphe, danseuse et chanteuse, le parcours éclectique de Francesca Lattuada débute à Milan, sa ville natale. Parallèlement à sa formation de danseuse, elle y étudie les Beaux-Arts. Son insatiable curiosité la porte vers les cultures primitives, la littérature et les arts de la scène. Installée en France depuis une vingtaine d'années, elle fonde sa propre compagnie en 1990, baptisée "Festina lente". La devise latine signifie : Hâte-toi lentement. Quelles que soient ses activités et ses productions, la vocation festive qui anime le travail de la chorégraphe est lié à la recherche d'une esthétique contemporaine qui prend en compte la fonction des rituels, les formes populaires et la richesse des enseignements traditionnels.

https://chant-avec-francesca.com/





Portrait de Natali Fortier par Benoît Jacques

Dans les années ’90, comme Daniel Maja, Natali Fortier publiait ses dessins dans le Magazine Littéraire. C’est là que j’ai découvert son travail. À cette époque, une exposition de ses œuvres dans une galerie parisienne me faisait voir une artiste en recherche de transcendance, intéressée par une approche de la création prête à s’aventurer bien au delà des limites de l’illustration. Si elle a développé une œuvre considérable que d’aucuns rassemblent sous l’étiquette « d’illustratrice et auteure jeunesse » (plus d’une quarantaine d’albums publiés), la restreindre à ce seul champ de création serait mal connaître la dimension réelle de l’artiste. Ce n’est pas en parallèle ou en marge que Natali Fortier est aussi sculptrice, peintre ou dessinatrice. C’est que les différentes facettes de son approche créative sont continuellement inter-mêlées, et se nourrissent les unes les autres en un foisonnement aussi riche que prolifique. Pour le découvrir, il faut accepter de se laisser guider par l’artiste elle-même. Plonger avec elle dans sa « Forêt Noire » par exemple (2019. Ed. Le Rouergue), c’est se risquer dans un voyage à mi chemin entre rêve et cauchemar où chaque image, traitée au fusain et à la sanguine, est une œuvre en soi. Par le réveil d’un souvenir enfoui, d’une émotion oubliée, on reconnaît chaque fois une part de nous-même dans le travail de Natali Fortier. Une façon de nous mettre face à nos propres fragilités qui nous trouble et nous émeut. Du grand Art. 


Portrait de Francesca Lattuada par Benoît Jacques

En présentant Francesca Lattuada comme chorégraphe, on simplifie et on ne dit presque rien de la dimension de cette personnalité hors norme. Francesca est un personnage rare, ouvert, passionné, sauvage, baroque et assoiffé de curiosité. J’ai rencontré Francesca il y a une vingtaine d’années. Elle préparait alors la chorégraphie d’un spectacle avec les étudiants de l’école du cirque de Châlons en Champagne (« La tribu Iota » 2001). Une amitié est née. Et une grande admiration. Le dernier spectacle en date, la mise en scène et chorégraphie du « Ballet Royal de la Nuit », en 2017, est bien l’image de sa force visionnaire et de son intérêt pour un rapport plus total avec la danse, le chant et la musique en particulier et l’art en général. Cette œuvre, ressuscitée du XVIIème, (conçue à l’origine pour sa majesté Louis XIV, encore adolescent et qui devait y jouer le rôle d’Apollon) met en scène un seul danseur, entouré d’une troupe de jongleurs, acrobates et autres cracheurs de feu, accompagnés par l’orchestre baroque et les chanteuses lyriques prévus aux livrets des trois ou quatre compositeurs différents. Voir « Le Ballet Royal de La Nuit », c’est vivre trois heures d’un feu d’artifice aux surprises qui semblent se renouveler à l’infini. Francesca, en complicité parfaite avec Sébastien Daucé (chef d’orchestre) et Olivier Charpentier (artiste, créateur des costumes), ont fait de ce spectacle conçu à l’origine pour asseoir la gloire d’un roi, une ode époustouflante à la création, à la joie, à la folie et à la vie. On y découvre à quel point l’art de Francesca est riche en références tous azimuts, et cependant absolument libre et personnel.


Tout public

 

Sur réservation

 





Dates de l'événement

  • Le 18/09/2021 à 19:00
    Les inscriptions sont closes.
Chargement des enrichissements...