Vos avis

  • Jupiter's legacy |

    Jupiter's legacy

    Une saga courte, simple et terriblement efficace 5/5 Pour les amoureux de bd, comics, de super héros, et les autres. Une saga courte, simple et terriblement efficace. J’ai adoré le dessin, le rythme, le... Voir plus Pour les amoureux de bd, comics, de super héros, et les autres. Une saga courte, simple et terriblement efficace. J’ai adoré le dessin, le rythme, le découpage, le style en général et le développement et résolution des enjeux. Certes j’en voulais plus. Entre le background, la quantité de personnages, la temporalité, l’univers de Jupiter’Legacy ne demande qu'à être creusé, mais bien que certains évènements soient rapidement expédiés et que la fin nous laisse avec des questions en suspend, l’histoire racontée se suffit et m’a bien satisfait. Sans aucun doute un chef d’œuvre de la bd comics, et dans le top de ce qui existe dans le domaine. Voir moins CAT4 - Le 21 octobre 2021 à 17:47
  • Leto / Kirill Serebrennikov, réal. |

    Leto / Kirill Serebrennikov, réal. Serebrennikov, Kirill. Monteur

    Comme un songe 4/5 C’est une fable musicale et fondamentalement rock, aux allures de songe. Créatif, surprenant, esthétiquement abouti, je me suis complètement laissé em... Voir plus C’est une fable musicale et fondamentalement rock, aux allures de songe. Créatif, surprenant, esthétiquement abouti, je me suis complètement laissé emporté par ce film aux allures surannées mais tellement fort de cette vitalité propre à l’énergie du rock et de la jeunesse. Ce contraste est d’ailleurs pour moi sa qualité première et en fait toute sa beauté. Porté par de très beaux et très justes comédiens, je me suis attaché à eux malgré un récit et une chronologie en pointillée. Bien que l’histoire nous transporte dans une époque oppressante le film s’efforce de rester léger, délicat, économe dans ce qu’il raconte, et utilisant le non dit et le hors champ pour me laisser libre de mes compréhensions. Il ne nous prend pas par la main mais nous accompagne tout de même en ciblant et s’attardant sur des moments bien précis. De plus pour les plus connaisseurs, érudits et autres cinéphiles les références sont multiples et très nombreuses et il y aurait de quoi longuement disserter. J’y ai aussi trouvé du sens et des résonnances tout à fait personnelles donc trop subjectives pour m’étendre dessus mais qui forcément maintient ce film dans mes souvenirs. A conseiller évidemment. Voir moins CAT4 - Le 21 octobre 2021 à 17:32
  • Malboire / Camille Leboulanger |

    Malboire / Camille Leboulanger Leboulanger, Camille (1991-....). Auteur

    Malboire, à petites gorgées 3/5 On est face à un véritable récit d'aventure solo à hauteur d’homme. Nous suivons un protagoniste principal qui nous emmène dans un monde que l’on déco... Voir plus On est face à un véritable récit d'aventure solo à hauteur d’homme. Nous suivons un protagoniste principal qui nous emmène dans un monde que l’on découvre avec lui. J'ai aimé l'ambiance post apocalyptique, le rythme, l’enchainement des péripéties et l'énergie donnée aux situations et aux personnages que l'auteur s'efforce d’entretenir pour nous pousser vers l’avant. Favorisant toujours l’action iltâche d’éviter trop de longueurs dans les descriptions et l’Histoire d’un monde qu’on devine plus qu’il n’est décrit. Cependant, même si ce sont ces qualités qui m’ont portées jusqu’à la fin, mon plaisir a régulièrement été interrompu et alourdi par un narrateur beaucoup trop bavard à mon goût. C'est plutôt bien écrit, et il y a parfois de très jolies envolées, mais nous sommes sans arrêt dans sa tête, et sans rien vouloir divulguer j’ai trouvé la richesse de son langage et la sophistication de ses pensées en totale opposition avec le personnage, avec son parcours. Comme si l'auteur se faisait plaisir dans l’écriture au dépend de la cohérence psychologique de son héros. Certes, et je l’espérais pendant toute ma lecture, il fourni une sorte d’explication temporelle mais tout de même. Ce point pourrait paraître insignifiant et pourtant. Toute ma lecture fut engluée dans ce vocabulaire ampoulé et ces descriptions sensitives pesantes, à l’image du héros voulant s’extraire de la Malboire. Je peux comprendre l’intention mais cette lourdeur a quand même réussi à gâché mon plaisir. Comme un effet de contraste entre une volonté de maintenir de l’action avec un rythme haletant, et une pensée analytique et verbeuse qui ralenti tout. C’est ma curiosité qui m’a poussé à ne pas abandonner. Le désir de découvrir où l’aventure allait m’emmener, et dans quelle mesure l’auteur pourrait me surprendre (j’avoue avoir attendu et espéré ça durant tout le livre). Cela arrive au cinéma ou devant une série. On se surprend à ne pas apprécier ou à trouver le temps long, mais on persévère espérant une révélation. Pour le coup j’y ai trouvé une fin quelque peu prévisible mais qui au moins impose une bonne conclusion au récit. A l’heure où l’écologie est au centre des priorités et de l’actualité, l’univers établi par Camille Leboulanger est suffisamment tragique, mystérieux et vaste pour nous emporter. Alors pas mal d’enjeux sont à peine survolés et il m’a manqué de l’ampleur au récit, toutefois, même si certaines peuvent être évidentes, on se prend alors à s’imaginer les réponses à tous ces « pourquoi » laissés en suspend. Voir moins CAT4 - Le 21 octobre 2021 à 17:02
  • Le chevalier dans l'histoire / Frances Gies |

    Le chevalier dans l'histoire / Frances Gies Gies, Frances (1915-2013). Auteur

    A lire! 5/5 Remarquablement documenté et illustré, cet essai de la médiéviste renommée Frances Gies explore la figure fascinante du chevalier, du Moyen-Age à la f... Voir plus Remarquablement documenté et illustré, cet essai de la médiéviste renommée Frances Gies explore la figure fascinante du chevalier, du Moyen-Age à la fin de la Renaissance. La citation qui ouvre le 2ème chapitre, extraite de la geste de Lancelot du Lac, donne un aperçu de son intérêt: "Au commencement, [...] aucun homme n'était plus haut par la naissance qu'aucun autre, car tous les hommes descendaient d'un même père et d'une même mère. Mais quand l'envie et la jalousie vinrent au monde, et que la force triompha du droit, certains hommes furent désignés pour garantir et défendre l'humble et le faible." Tout était dit ! Voir moins Louise GAZAGNE-OUIL - Le 14 octobre 2021 à 15:45
  • Les cahiers d'Esther / Riad Sattouf |

    Les cahiers d'Esther / Riad Sattouf Sattouf, Riad (1978-....). Auteur

    L'amour dure 45 minutes 5/5 On adore suivre la vie d'Esther, qu'elle ait 10, 14 ou 15 ans, on ne s'ennuie pas. Une page, un moment de vie. C'est dynamique, drôle et percutant. Co... Voir plus On adore suivre la vie d'Esther, qu'elle ait 10, 14 ou 15 ans, on ne s'ennuie pas. Une page, un moment de vie. C'est dynamique, drôle et percutant. Comme cette rencontre, en gare, d'Esther et Lucio : le crush, les amis de colo comme intermédiaires, le 06, un baiser, un selfie et leur "histoire d'amour a duré même pas 45 minutes." Voir moins Cynthia DELUGEARD - Le 12 octobre 2021 à 14:13
  • Peintres femmes : naissance d'un combat : 1780-1830 : [exposition, Paris, musée du Luxembourg, 3 mars - 25 juillet 2021] / sous la direction scientifique de Martine Lacas |

    Peintres femmes : naissance d'un combat : 1780-1830 : [exposition, Paris, musée du Luxembourg, 3 mars - 25 juillet 2021] / sous la direction scientifique de Martine Lacas Lacas, Martine (1964-....). Directeur de publication

    Eblouissante exposition 5/5 Ne donnant qu'un aperçu de la remarquable exposition organisée par le Musée du Luxembourg au printemps 2021, ce catalogue met à l'honneur ces artistes... Voir plus Ne donnant qu'un aperçu de la remarquable exposition organisée par le Musée du Luxembourg au printemps 2021, ce catalogue met à l'honneur ces artistes femmes de génie, bien souvent trop méconnues des livres d'histoire, qui affirmèrent leur indéniable talent malgré l'hégémonie de leurs confrères masculins. Des scènes intimistes et ravissantes aux impressionnants tableaux d'inspiration néo-classique, au trait délicat et sûr, cet ouvrage présente une superbe rétrospective du combat de ces femmes qui, dès la fin de l'Ancien Régime, ont revendiqué leur droit à la formation, à la professionnalisation, une reconnaissance publique et une place sur le marché de l’art. Voir moins Louise GAZAGNE-OUIL - Le 08 octobre 2021 à 15:41
  • Les cahiers d'Esther / Riad Sattouf |

    Les cahiers d'Esther / Riad Sattouf Sattouf, Riad (1978-....). Auteur

    On adore Esther ! 5/5 Riad Sattouf met en BD la vie d'Esther depuis ses 10 ans. Elle en a à présent 15 et c'est un plaisir de la retrouver, de retrouver sa manière inédite ... Voir plus Riad Sattouf met en BD la vie d'Esther depuis ses 10 ans. Elle en a à présent 15 et c'est un plaisir de la retrouver, de retrouver sa manière inédite de penser, son naturel, sa vivacité et sa drôlerie. J'ai commencé à lire les tomes dans le désordre, avec les 14 ans, mais en voyant quelle ado elle était, je me suis dit que ce n'était pas un hasard que Riad ait choisi de la mettre en cases et de nous faire entrer dans sa vie. Oui, on peut être une ado de 15 ans et être encore fana de son père, aimer d'amour sa famille sans en avoir honte (même son énervant grand-frère!). Il n'est pas nécessaire d'être génial pour être digne d'intérêt et devenir le personnage principal d’une BD, au contraire, toutes ses petites choses bien à nous, nos bizarreries, nos pas forcément « tendance» font notre richesse et, si l'on sait regarder, notre manière inédite d'être au monde crée de la magie. Voir moins Cynthia DELUGEARD - Le 07 octobre 2021 à 21:54
  • Préférence système / Ugo Bienvenu |

    Préférence système / Ugo Bienvenu Bienvenu, Ugo (1987-....). Auteur

    Celsius 233 5/5 Dans ce futur très proche et terrifiant ; d'autant plus terrifiant que crédible. Toutes les données culturelles films, musiques, livres, poésies etc..... Voir plus Dans ce futur très proche et terrifiant ; d'autant plus terrifiant que crédible. Toutes les données culturelles films, musiques, livres, poésies etc... sont stockées dans des bases de données. Problème : il faut faire de la place. C'est là que nôtre héros entre en jeu, modeste employé d'un immense conglomérat il à pour job de visionner, écouter, lire différentes œuvres et décider si elles doivent être conservées ou effacées. Et prend l'initiative, en douce, d'en sauvegarder quelques unes... Je n'en dirais pas plus de l'intrigue, mais c'est brillant : Ugo Bienvenu signe une mise à jour convaincante du cultissime Fahranheit 451 de Bradbury ; et y ajoute une réflexion sur l'art : l'utilité de l'inutile, et de la nature humaine. Un chef d'œuvre. Voir moins ZAL1 - Le 06 octobre 2021 à 21:09
  • Peintres femmes : naissance d'un combat : 1780-1830 : [exposition, Paris, musée du Luxembourg, 3 mars - 25 juillet 2021] / sous la direction scientifique de Martine Lacas |

    Peintres femmes : naissance d'un combat : 1780-1830 : [exposition, Paris, musée du Luxembourg, 3 mars - 25 juillet 2021] / sous la direction scientifique de Martine Lacas Lacas, Martine (1964-....). Directeur de publication

    Superbe et accessible aux lecteurs DYS 5/5 De magnifiques peinture qui nous parlent de leur époque les commentaires permettent une recontextualisation tout en gardant un regard critique. Petit ... Voir plus De magnifiques peinture qui nous parlent de leur époque les commentaires permettent une recontextualisation tout en gardant un regard critique. Petit bonus, ce document pourra convenir à des lecteurs DYS car le papier est mat et les images bien séparé des textes. Les textes sont dense mais la police est suffisamment large pour ajouter un certain confort à la lecture. Voir moins Mathilde POINÇOT - Le 30 septembre 2021 à 16:23
  • La forêt de travers / Marie Colot, Françoise Rogier |

    La forêt de travers / Marie Colot, Françoise Rogier Colot, Marie (1981-....). Auteur

    Une ode à l'originalité 5/5 Dans la forêt de travers, tous les contes sont à l'envers. Néanmoins, si nos héros vivent heureux, cela ne convient pas au rationnel inspecteur des hi... Voir plus Dans la forêt de travers, tous les contes sont à l'envers. Néanmoins, si nos héros vivent heureux, cela ne convient pas au rationnel inspecteur des histoires parfaites... Un album aux illustrations originales qui nous transportent avec volupté, une histoire courte pour le soir comme pour le jour, à contre-courant, même au sein des contes détournés. Voir moins Julie MOY-BOUDIN - Le 11 septembre 2021 à 11:43
  • Abécédaire des métiers imaginaires / Anne Montel |

    Abécédaire des métiers imaginaires / Anne Montel Montel, Anne (1988-....). Auteur

    Tendre, drôle, futé et terriblement imaginatif ! 5/5 Déjà fan d'Anne Montel, je n'en suis que plus conquise par son travail ! Du kinésithérapeute-consolateur de saule pleureur au lanceur d'étoiles filan... Voir plus Déjà fan d'Anne Montel, je n'en suis que plus conquise par son travail ! Du kinésithérapeute-consolateur de saule pleureur au lanceur d'étoiles filantes, c'est toute une galerie de métiers fantasques qu'elle nous fait découvrir avec poésie. Ses dessins à l'aquarelle illustrent de plus à merveille cet abécédaire, avec beaucoup de douceur et de petits détails à observer... Voir moins Justine T. - Le 08 septembre 2021 à 16:56
  • Les Hurleuses / Adrien Tomas |

    Les Hurleuses / Adrien Tomas Tomas, Adrien. Auteur

    Le premier tome d'une duologie qui vous emporte et ne vous lâche plus 5/5 Pourtant ce n'était pas gagné d'avance. J'ai eu le plus grand mal à entrer dans cet univers pourtant narré à la perfection. C'est juste qu'en ce momen... Voir plus Pourtant ce n'était pas gagné d'avance. J'ai eu le plus grand mal à entrer dans cet univers pourtant narré à la perfection. C'est juste qu'en ce moment je suis un peu fainéante et n'ai pas envie de me concentrer pour comprendre les tenants et aboutissants de tout un monde. Puis j'ai tout simplement été séduite par les personnages (une jeune femme libre de ces choix et qui a une réelle impacte sur l'histoire sans tomber dans trop de clichés - un jeune homme sensible mais intransigeant qui sauve et chasse autant qu'il n'est sauvé et chassé - des Orchidiens à la profondeur et l'humanité attachante - un poisson qui apprécie guerre qu'on se serve de lui pour n'en citer que quelques un) et par la géopolitique doucement amenée (que je ne tenterais même pas de décrire). J'ai adoré la manière dont Adrien Tomas revisite les classiques du genre notamment les Pixies et les Orcs ainsi que le concept même de magie. L'auteur nous embarque dans une quête sans but ou à mille buts différents, sans héros ou à plusieurs héro différents dans un décor parfaitement planté avec juste ce qu'il faut de rebondissements et une plume pleine d'humour et de clins d'oeil. Même les changements de points de vu de chapitre en chapitre ne m'on pas gênés (alors que je déteste ça plus que tout) ils étaient maîtrisés et servaient l'histoire (même si on a quand même droit une fois à la vielle soupe de "tiens on sait pas si le perso est mort et on va faire durer le suspens en changeant d'histoire" - spoiler alert je saute jusqu'au chapitre où l'on apprend la suite car je n'ai aucun respect pour ce genre de vils méthodes !) Bref vivement la suite ! Voir moins Mathilde POINÇOT - Le 08 septembre 2021 à 12:42
  • If only |

    If only

    a summer read, nothing more, nothing less 2/5 2.5 stars This is a summer read, nothing more, nothing less. It's not my kind of read whatsoever so this review is worth what it's worth... And for w... Voir plus 2.5 stars This is a summer read, nothing more, nothing less. It's not my kind of read whatsoever so this review is worth what it's worth... And for what it's worth (and what I remember of it), it felt a lot like Georgia Nicholson's diaries 15 years older. Except the extreme bitchiness isn't cute anymore. To be perfectly honest I hated the main character, a self pitying child she was ! and soooo jealous and full of clichés. She had me roll my eyes at least a dozen times. But you have to give this much to Melanie she went out of her way to depict a main protagonist in all her flaws. I did enjoy the Irishness of it all, A LOT (pretty much the only reason I stuck to it till the end). I also thought the characters were all pretty interesting (except Erin, she just pissed me off) even though none were given as much layering as I'd have liked to see (let's face it the book would have been much too long had there been more layers to the characters). And i liked how the thoughts were intertwined in the story (though there were a loooooot and somewhat irrelevant at times). I was a little annoyed at the obvious and somewhat rushed ending (it's a bit too easy) and felt a little let down : I wish the whole "if only" thingamajig had been further exploited. Anyway, definitely not my type of read. Voir moins Mathilde POINÇOT - Le 08 septembre 2021 à 12:41
  • La Belle Sauvage : The Book of Dust : 1 / Philip Pullman |

    La Belle Sauvage : The Book of Dust : 1 / Philip Pullman Pullman, Philip. Auteur

    Beware of the hyena's laughter ! 5/5 WARNING : This book will give away one massive spoil for those who haven't read His Dark Material but are intend on doing so. Otherwise you don’t need... Voir plus WARNING : This book will give away one massive spoil for those who haven't read His Dark Material but are intend on doing so. Otherwise you don’t need to have read the first trilogy in order to read its prequel. SO... this book had me hooked! Admittedly nothing much happens in the first half; however, this first half is pregnant with the expectancy of what is to come and Pullman slowly stirs you guess after guess, and that's a nice feeling. Plus, the simple way this book welcomed me back in Lyra's world was a delight. It felt like coming home in the night, eyes slowly adapting to the dim light and recognising every shape and every corner one after the other. I loved Pr. Relf, I also loved meeting Asriel again, as well as the short cameos made by Corman and Tilda. I hated and was fascinated by Coulter the same way I was 25 years ago [in the first series]. Also, the parallel between the Hitler Youth and St Alexander's league was interesting and served the plot well! I absolutely adored baby Pan... Yes, it unravelled quite slowly but I revelled in each word, in each (re) discovery, in each description and in each philosophical explanation. As for the second half, I absolutely loved it, it thrilled me as much as it scared me. I was delighted when all was going well, I was confused when fairy people and strange islands appeared out of nowhere and I was scared sh*tless whenever I read the hyena's laughter! The culminating point being what some have assumed to be a rape (I'd have smashed that prick the exact same as Mal btw) which in all honesty was not depicted in such crude words such as that you couldn't block it out and decide for yourself whether it was a savage rape or Alice fighting him off and managing to not get assaulted, thank god for that ! As far as I'm concerned, she got attacked and he was attempting to murder her, not rape her (and I will stick to that!). If there is one criticism to be made, I might form it coming from a professional stand: WHAT READER BRAKET IS THIS BOOK AIMING FOR SERIOUSLY? The main protagonist is 11 so first guess was 8 to 12. Except the content is super dark (what with maimed daemons, rapey scenes, floating bodies...) and also super philosophical (seriously some of the stuff Relf "explained" went way over my head !), yet, the writing is easy, some words are even explained just the way you do for 8 to 12 readers... again! So yeah, as a librarian I am still wrecking my head to decide whether to put it in children literature but from 11 onwards or young adults... I loved reading this book all the same (though His Dark Material will forever be on top of every other read, including HP. There, I said it! - might be bested by the Priory IDK yet). ------------------ ALL IN ALL -------------------- This book is for you if -You want to go back to Pullman's world. -You are ok with a "slow" read (I mean it took me a day and a half to read the book, but the first half is slow). -You remain undeterred in the face of dark atmosphere and storylines. This book isn't for you if -You need all paranormal stuff to have a valid explanation, always. -You want an easy childish read. -You basically just want to reread His Dark Material trilogy... Voir moins Mathilde POINÇOT - Le 08 septembre 2021 à 12:38
  • Comment le dire à la nuit / Vincent Tassy |

    Comment le dire à la nuit / Vincent Tassy Tassy, Vincent (1989-....). Auteur

    Sombre voir déprimant 1/5 Ce livre fut une énorme déception, mais je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. Je suis allée lire quelques critiques GR et franchement en soit il n’y ... Voir plus Ce livre fut une énorme déception, mais je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. Je suis allée lire quelques critiques GR et franchement en soit il n’y avait aucune raison de ne pas aimer cette lecture selon elles : On me parle d’une histoire de vampires remasterisés, d’une plume incroyablement belle et fournie, de personnages intéressants, d’une superbe fin qui vient couronner le tout. Et en fait, tout y est, sauf que… J’ai été incapable de rentrer dans le livre ! Déjà, on commence avec Athalie qui, disons-le clairement est une sorte de sadique millénaire assoiffée d’amour autant que de sang. J’ai le cœur bien accroché pourtant, mais s’il y a bien une chose que je ne peux pas encadrer c’est la violence gratuite. Athalie n’est que ça. Ensuite, il y a le chapitre de Egmont, que j’ai ADORÉ, un carré amoureux (quoiqu’on ne puisse vraiment parler d’amour que pour d’eux des personnes concernées) LGBTQ assez vraisemblable, un décor romantico-gothique à souhait, la plume tout en emphase et tournures poétiques qui vient agrémenter tout ça. Là je me dis OK il y a peut-être un espoir, je n’ai qu’à sauter les chapitres d’Athalie (je regrette encore de ne pas l’avoir fait d’ailleurs car ça va de mal en pis dans cette histoire). Donc, vient le chapitre de Rachel, bon un personnage de plus, murée dans une sorte de snobisme que je comprends et que j’exècre en même temps (chapeau à l’auteur de me faire ressentir tout ça). Une autre histoire de fascination pour quelqu’un, ok déjà vu… Déjà l’écriture me parait en faire trop (moi qui pourtant, fait des phrases longues de trois lignes, trop c’est trop) je commence à lire en diagonale. Bon par contre, c’est à nouveau un couple LGBTQ qui se dessine, cool ! ET, on commence à avoir de vagues indices quant à la possible (sur)nature d’une partie des protagonistes (ahah the plot thickens !), cool ! Je fini donc ce chapitre et passe tant bien que mal au suivant, on ne revient toujours pas à un des personnages déjà présenté (mazette mais il y a combien d’histoires à suivre, j’ai peur !), cette fois c’est Parascève. Dernier personnage qui nous est présenté dont les traits vont avoir tendance à se confondre avec Rachel dans mon esprit, et dont les visions ne sont que prétexte pour rendre le lecteur encore plus confus qu’il ne l’est déjà : elles nous sont livrées sans crier gare et sans contexte aucun… Car bien sûr, en plus de changer de personnage à chaque chapitre, ces derniers nous apportent plus de questionnements que de détails. Il y a donc très peu de certitudes à se mettre sous la dent pour ne serait-ce qu’essayer de dresser une image mentale de chaque protagoniste et leur décor… Bonne chance pour faire autrement que de lire ce livre d’une traite si vous voulez y comprendre quoi que ce soit. Et puis cette plume que me parut si belle pendant les 2 premiers chapitres devint vite lourde, voir obséquieuse. Dommage peut-être aurais-je pu m’y rattacher… Et puis c’est d’un soooombre… et ça ne fait que s’enfoncer au fil des pages. Je n’étais vraiment pas dans le bon état d’esprit pour ce roman. La fin pourtant si bien orchestrée en est même éclipsée. --------------EN GROS-------------- CE LIVRE EST POUR TOI SI : tu aimes les histoires décousues tu aimes les histoires nostalgiques voire carrément déprimantes tu cherches des vampires réalistes (si tant est qu'un vampire puisse l'être) tu aimes être volontairement laissé dans le flou CE LIVRE N’EST PAS POUR TOI SI : tu es en proie à la déprime ou la nostalgie tu as besoin d’un minimum de cohérence tu n’aimes pas la violence gratuite P.S : cette critique à été écrite il y a 2 ans et demie, je suis incapable de me souvenir de la fin aujourd'hui... Voir moins Mathilde POINÇOT - Le 08 septembre 2021 à 12:32